Voilà un domaine infini et inépuisable qui se décline en de multiples directions :

Les bulles, les cristaux, les gouttes, la couleur de l’eau, les écoulements de l’eau, impacts de gouttes, les reflets…

L’élément solide est palpable, statique, immuable…

L’élément liquide est au contraire sans forme, souvent sans couleur et en mouvement dés qu’il subit la moindre pression extérieure. Le plus simple à observer est l’eau.

Cet élément premier, essentiel et fondamental de la vie est présent dans notre environnement sous des formes diverses. On apprend qu’il est incolore, inodore et sans saveur, qu’il est sans forme ni couleur, qu’il est neutre, on pourrait le croire quasiment invisible… Et pourtant on la voit cette eau car ce liquide sans forme propre épouse la forme de son contenant, se plait à se couvrir des plus belles couleurs de ce qui l’entoure, s’étale tant qu’elle peut, frémit au moindre souffle de l’air, son élémentaire compagnon.

En essayant de capter une goutte d’eau tombant d’une stalactite, je me suis laissé envoûter par cet élément. J’ai exploré « les frasques de l’eau » avec la passion d’un découvreur, en installant un laboratoire fonctionnant la nuit dans la salle de bain ou l’évier de la cuisine, ou bien de jour dans la brouette au soleil, photographiant les impacts des gouttes qui s’échappaient régulièrement du tuyau mal fermé ficelé en haut d’une échelle et qui chutait dans l’eau calme.

 

 

 

Les chromorphographies aquatiques représentent ma plus grande collection aux multiples facettes : bulles, couleur de l’eau, cristaux, gouttes, écoulements, impacts, reflets et scriboltures